Interview de 4 Subject – Chapelier rouge

Publié: 2 octobre 2013 par Chapelier Rouge dans Interview, Metal, Rap, Rock
Tags:, , , , , , ,

Et c’est aujourd’hui l’interview de 4 Subject, jeune groupe extrêmement talentueux originaire d’Echirolles (38130), dans l’Isère, qui vous est dévoilée ! Cette interview sera suivie prochainement de la critique de leur EP « Nobody Else », qui devrait arriver prochainement dans les bacs.

Logo de 4 Subject, groupe de Rap Métal.

Logo de 4 Subject, groupe de Rap Métal.

1. Comment est né le groupe ? Quels étaient les membres d’origine ? Et maintenant, qui sont les membres, et quel poste occupent-ils ? Quelles étaient vos ambitions, à l’époque, votre projet ? Vos attentes ont-elles été dépassées ?

Le groupe est né de l’envie commune de Ben (chant) et Jerem’ (batterie) qui voulaient jouer ensemble un autre style de musique que leur groupe respectif. Le hasard fit bien les choses, car c’est au lycée Marie Curie qu’ils rencontrent Damien (1er guitariste) et Max (basse). A nous 4 on commença à construire l’univers 4 Subject en composant nos premières compos. On avait d’abord l’envie de s’amuser, surtout d’aller le plus loin possible et de s’en donner les moyens ! En plus, l’idée de base était de créer un univers pour inviter le public dans notre monde en jouant avec les arts musicaux, visuels et vidéos . En effet, l’idée de s’arrêter à être un simple groupe de musique ne nous plaisait pas assez. Ainsi, afin d’intégrer plus d’electro, scratchs et surtout samples, Ben fit appelle à Axel (MC/DJ) frère d’un ami d’enfance de celui-ci. on a connu des hauts et des bas, avec des départs et arrivées. Nous sommes aujourd’hui :

Ben : chant lead

Jerem’ : batterie

Axel : MC/DJ

Adrien : guitare

Arnaud : backstages / samples

Max : basse

Et actuellement, l’arrivée d’un 2ème guitariste ne devrait pas tarder !

2. Comment définiriez-vous votre style musical ? A-t-il évolué, voire drastiquement changé depuis la création du groupe ?

Notre style musical a été rapidement fixé, il fut nourrit de nos univers divers mais aussi de nos influences communes. Il est difficile à définir, car nos chansons sont assez différentes les unes des autres. L' »étiquette » la plus proche serait le « Néo Métal » (Linkin Park / Korn / Limp Bizkit), car nos premières compos ne sont pas sans rappeler les doyens (ha ha) ! Mais nous n’aimions pas vraiment. On se qualifie actuellement de fusion entre le Hip Hop / Electro / Métal. Nous évoluons  avec le temps et les arrivées de nouveaux membres et matériels.
Cependant, les bases Hip Hop, Electro et Métal restent toujours présentes.

3. Vous avez récemment enregistré un EP, qui n’est pas encore ouvert au public. On a cependant pu l’entendre lors de votre passage à Radio Malherbes Grenoble. Quand sera-t-il disponible ? Pouvez-vous nous en parler un peu plus ?

Cet EP, qui sera normalement baptisé « Nobody Else » était un peu la conclusion d’une très bonne saison pour nous ! En effet, après des retours positifs et de bonnes critiques, un certain nombre de personnes commençaient à demander des pistes mp3 audibles (ha ha) et quelle fierté pour nous que d’enregistrer un premier EP ! De plus, il serait un outil très utile pour démarcher. Nous avons pris contact avec le studio grenoblois 1936 Studio. Et qui dit premier enregistrement, dit grosse dose de stress, tensions et difficultés. Mais on a pu voir nos défauts et cela nous a donné envie de recommencer ! C’était aussi un peu le moyen de nous ouvrir les portes de la diffusion sur Internet (encore en projet avec un site en construction), et surtout pour nous le moyen de nous écouter, nous critiquer et avancer.

4. Après vous avoir vu sur scène, on peut dire que c’est chez vous. Vous évoluez comme des poissons dans l’eau, et instaurez une ambiance digne des plus grands. De votre côté, quel est votre ressenti par rapport à la scène ?

Merci beaucoup ! Et bien.. La scène est l’endroit de partage de tous les musiciens. Et quel bonheur de voir le public transporté par votre « show » ! Il était donc primordial pour nous de leur offrir un spectacle sonore et visuel. On a encore beaucoup à travailler de ce côté là, notamment dans la présence scénique et la complicité avec le public. On réfléchit actuellement à des habillages scéniques comme un drap de scène, logo dans la grosse caisse ou encore diffusion de vidéo ( nous jouons déjà en blouse et un logo figure sous les platines) mais nous avons un petit budget d’amateurs.. Nous avons eu la chance cette année de faire intervenir des danseuses sur 2 de nos intros. Une superbe expérience qui leur a plu, nous as plu et a plu au public, à refaire !

5. Vous étiez jusqu’alors accompagnés par DCAP, branche du service culturel de la mairie d’Échirolles, accompagnement qui a vu son terme en juillet dernier. Pouvez-vous nous parler de cet accompagnement ? Vous bénéficiiez d’un local, mis à disposition. Comment allez-vous faire, maintenant ?

En effet, l’aventure DCAP est finie pour nous, et nous ne pouvons que les remercier pour leur soutien ! Mais pour certains d’entre nous cela faisait tout de même 6 ans d’accompagnement (on était un peu les papys !) : place aux autres ! DCAP nous permettait de répéter une fois par semaine à l’Ecole de Musique Jean Wiener et d’y stocker du matériel, et ce, gratuitement. C’est l’opportunité pour tous les groupes de travailler sérieusement et de se produire sur une bonne scène avec des techniciens (comme des pros) lors des fameuses Soirées Ascenseurs !ou encore de devenir autonomes : en effet, nous avons appris à organiser des répétitions, connaitre le monde artistique et fait des rencontres. Aujourd’hui il est difficile de trouver un service semblable à DCAP et surtout gratuit et avec locaux à placard ! Nous avons eu la chance de tomber sur une service quasi équivalent sur la ville d’Eybens : « Local Bus« . Notre rendez vous est fixé en septembre.

6. Quelles sont vos influences ? Votre formation n’est pas sans rappeler celle du célèbre groupe Linkin Park, ou encore Incubus avant eux !

Wow ! Elles sont nombreuses et diverses ! Comme dit précédemment, notre musique n’est pas sans rappeler les groupex tels que LINKIN PARK ; KORN ; LIMP BIZKIT ; INCUBUS ou encore DEFTONES.
Nous nous nourrissons des influences diverses de chacun, et il est difficile de toutes les citer (si on commence, on ne s’arrête plus !)

Publicités
commentaires
  1. Hélène dit :

    Bien intéressant cet article, je ne connaissais pas du tout ce groupe avant de lire cette interview 🙂
    L’accompagnement dont ils ont bénéficiés via DCAP est vraiment une chance !
    Maintenant je suis bien curieuse d’entendre ce qu’ils font mais je n’ai pas trouvé de morceaux à l’écoute sur facebook, seulement des vidéos live sur youtube.

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s